Mikhail XIFARAS, La propriété, étude de philosophie du droit, Paris, PUF, 2004 (coll. Fondements de la politique)


Pendant près de deux siècles, la « question sociale » s'est confondue avec la question de la propriété, ou plus exactement  avec celle de sa légitimité. Tel auteur affirme que c'est l'âme de la législation, tel autre que c'est le vol. On dispute de ses origines et de ses limites, parfois de son abolition. Mais à travers la violence de la querelle, partisans et détracteurs de l'institution s'en font la même idée :  un droit absolu d'une personne sur une chose. Or il se trouve que cette définition, empruntée à la dogmatique juridique, est devenue largement inopérante. Les spécialistes préfèrent désormais parler de secret, d'exclusivité ou de faisceau de droits, et certains suggèrent même la «désintégration » de la propriété. Il reste que si un dogme propriétaire s'est désintégré, la chose elle-même, sous quelque forme que ce soit, se porte fort bien, et continue de poser d'épineuses questions de justice - sociale notamment -.C'est dire que s'offre enfin la chance que soit posée, dans toute sa radicalité conceptuelle, la question de savoir ce qu'est la propriété. L'objet de ce livre n'est donc pas d'exposer les principes de justice  d'une institution devenue introuvable, et surtout pas de prétendre  proposer un nouveau dogme pour reconstruire une théorie générale du  droit des biens. Il s'agit plus modestement de se demander ce que  veulent dire les spécialistes lorsqu'ils parlent de propriété, de chercher à mettre à jour les modes de conceptualisation de  l'institution, tels qu'ils sont effectivement mobilisés dans la pratique  du droit de propriété. Pour y répondre, une enquête est menée dans ce livre aux sources du droit de propriété moderne, du côté des premiers commentateurs du Code Napoléon. Au delà des déclamations idéologiques des préfaces elle s'aventure là où opère vraiment la créativité conceptuelle des juristes, dans l'élément technique du droit. Il apparaît alors que la propriété désigne soit une maîtrise souveraine, droit réel et absolu de l'esprit sur la matière, soit l'appartenance patrimoniale, rapport d'identité pensé dans les termes de l'avoir, soit enfin une réservation de jouissance, monopole d'exploitation octroyé en rémunération d'une activité productrice de valeur.

 
       
| Nosophi 2002-2006 |